Concert-lecture avec ou sans décors projetés

Orphée, mon idole est une proposition musicale, littéraire et visuelle.

Le concert-lecture s'ouvre par une discussion qui s'étonne des aberrations du mythe (en le rappelant), tout comme du peu d'intérêt des musiciens pour Celui qui de sa musique et de sa poésie obtient la grâce des dieux, l'attention des bêtes et se fait suivre par les montagnes...

 

Sur base plus historique, et par les publications et traductions de Jacques Lacarrière éditées par la Bibliothèque Nationale de France Orphée Hymnes et discours sacrés.                             La discussion s'oriente vers l'Orphisme et les Orphiques qui vivaient VII siècles avant J-C tout autour de la Mer Mediterranée, qui adressaint leurs hymnes A la Nature, au Vent, à la Lumière, aux Astres ...flattant leur beauté, implorant leur bonté. En découlent les Trois petites pièces pour des hymnes orphiques de Michel Sendrez, Cinq Incantations pour flûte seule d'André Jolivet, la Sixième Incantation et la Vème ascèse à la flûte en sol.

Ces musiques sont alternées avec les extraits de texte de Jacques Lacarrière;

" A la Nature "  Hymne orphique traduit par Jacques Lacarrière

« Un pur désir d’apothéose… » Extrait du recueil A l’orée du pays fertile de Jacques Lacarrière 

« Et maintenant cette douceur… » Extrait du Pays sous l’écorce de J.L.

« L’assoiffé crie… »Poème soufi

 Orphée mon idole découle des travaux de Jacques Lacarrière sur l'Orphisme, d'une réflexion sur le Musicien d'autrefois-qui 30 000 ans avant J-C taillait ses flûtes dans des os d'oiseaux - et tente de se mettre dans la logique des travaux de François Dor exposés dans son livre De l'Ancien Monde

Orphée mon idole peut se donner ou non dans les décors projetés Alexandra Bénévant, choisis pour leur naturelle évocation d'un subtil inconnu, de l'exploration, d'une découverte. Le spectateur a pour guide la lumière qui traverse les diverses épaisseurs des diapositives en fondu-enchaîné et en grande dimension. Grâce aux projections qui innondent tout le fond de scène.

Mettant le spectateur et le musicien sur les pas d'une exloration.